17 années de ‘Foire Bio’, parmi les premières en France

L'installation de Terre Vivante, maison d'édition et centre d'écologie pratique à Mens en 1994 a fortement contribué au rayonnement et à l'engagement écologique de la région du Trièves.

La structure (Claude Aubert, Claude Fournier et leurs collaborateurs), en plus de ses activités à l'année, avait l’idée d'un événement à thématique écologique, et, en 1997, l’Office de tourisme du Canton de Mens (Jean Pierre Faure alors président de l'association Office de tourisme, Gérard Chevally, engagé pour l'agriculture bio et élu à la Commune de Mens, et d'autres administrateurs) a proposé d'organiser une foire bio, sur le modèle de la foire de Rouffach.

Les compétences se sont assemblées (réseaux, exposants, intervenants pour Terre Vivante, compétences d'organisation, réseaux régionaux et d'habitants bénévoles pour l'Office de tourisme) et les deux structures ont mené ensemble les recherches de financements.

 

L’objectif était de faire se rencontrer producteurs et consommateurs (les seconds cherchaient des produits bio, notamment alimentaires, et les premiers des circuits de distribution).

L’agriculture bio locale était balbutiante, les producteurs venaient d’ailleurs, y compris de loin.

(thématiques par pays, les premières années).

 

La foire, installée dans les rue de Mens, a attiré un grand nombre de visiteurs et a été une pièce majeure pour le développement de l’écologie sur le territoire.

 

Les années passant, le bio et les réseaux de distribution se sont développés, et c'est heureux. Les producteurs se sont alors moins déplacés sur les foires, puis transformateurs et distributeurs sont devenus plus nombreux et la gamme de produits s'est élargie.

 

Depuis plusieurs années, le Trièves, Terre Vivante, les partenaires, co-organisateurs de la foire songeaient à renouveller forme et contenu de l'événement....

Les foires sont depuis longtemps des temps de vie locale importants pour les territoires ruraux notamment. Foires annuelles, saisonnières (à Mens, le 1er mai et le 4 octobre déjà au Moyen Age) étaient des moment où les habitants, se déplaçant moins souvent, moins loin, moins facilement qu'à notre époque contemporaine, se "ravitaillaient" à l'entrée et à la sortie de l'hiver. Avec le temps, les foires attirèrent plus largement, fonction de la spécificité des produits proposés.


2012... Maintenir une foire, mais la renouveler tout en restant cohérent avec la dynamique du territoire... la thématique de la Transition a coulé de source.

Au printemps 2011, le Trièves fêtait son entrée en Transition. Un peu plus d'un an plus tard, cette nouvelle foire est à la fois l'occasion d'exposer les démarches de Transition en Trièves, de sensibiliser largement à cet enjeu d'avenir, également de souder et fêter localement la Transition en marche.